Responsable de plus de 4% des émissions à effet de serre, l’empreinte écologique du numérique ne correspond pas avec l’idée générale d’un secteur “propre” que le grand public peut se faire. En effet, de la fabrication des équipements à leurs utilisations, de nombreux efforts peuvent être faits afin de réduire le coût écologique de l’utilisation des outils numériques. Souvent équipées de vastes flottes d’appareils technologiques, comme des ordinateurs, les entreprises ont également un rôle à jouer. 

bureaux entreprise avec employé travaillant sur ordinateur

La sobriété numérique en entreprise : gérer l’immatériel 

L’immatériel, le cloud et les services internet, donnent souvent l’impression d’être vaporeux, dans l’éther, et donc de ne pas avoir de réelles attaches et conséquences physiques sur notre monde. Cependant, derrière les boîtes mails et les sites internet se trouvent d’immenses data-centers afin d’héberger nos données. Ceux-ci consomment beaucoup de ressources en électricité afin de traiter les données et surtout afin de se refroidir. C’est ainsi que l’hébergement de données hors-site, dans des clouds par exemple, est responsable de près de 25% de l’empreinte écologique de l’utilisation du numérique en entreprise. Toutefois, ce coût écologique en induit directement un autre, celui des infrastructures. Les infrastructures de l’internet sont responsables de 28% des émissions de carbone du numérique, ceci étant dû à plusieurs faits. Il y a bien entendu la création et la pose des milliers de kilomètres de câbles nécessaires, mais également  simplement l’utilisation du cloud. 

Une donnée parcourt ainsi près de 15000 km entre son lieu d’hébergement et la personne l’utilisant. Une augmentation du recours à un service de cloud à l’étranger pousse donc à une pose frénétique de nouveaux câbles afin de répondre à la demande croissante. La solution est ici plutôt simple : stocker ses données localement. Cela veut donc dire stocker au sein même de l’entreprise la majeure partie de ses données, ce qui peut également augmenter leur sécurité, celles-ci n’étant pas stockées chez une tierce partie. Cela peut se faire simplement sur disque dur, mais également par la création d’un serveur d’hébergement domestique. Pour des raisons liées à la vie en entreprise, des clouds doivent toutefois être utilisés dans certaines situations. Dans ce cas là, il faut alors essayer de ne stocker que les informations réellement nécessaires sur le cloud, et si possible, de les stocker dans un centre d’hébergement géographiquement proche. Faire régulièrement le tri dans ses données aide également à réduire leur impact dans le monde matériel. 

réunion collaborateurs dans bureaux avec ordinateurs portables

Les équipements : point clef de la sobriété numérique en entreprise 

On l’a vu, l’immatériel à son importance. Toutefois, c’est au niveau de la dotation en matériel qu’une entreprise peut faire le plus d’efforts pour aller vers la sobriété numérique. En effet, l’équipement est responsable de 80% de l’empreinte environnementale du numérique. Ceci à cause des processus de fabrication polluants de nos ordinateurs et de nos téléphones et de leurs consommations énergétiques. Heureusement, les filières de recyclage commencent à se développer afin de traiter cette masse de plus en plus importante de nouveaux déchets. Vous pouvez aussi chercher à fournir à vos équipes des outils qui cherchent à être moins polluants, que cela soit grâce à une faible consommation électrique ou par une fabrication plus respectueuse de l’environnement. Mais la meilleure manière de réduire le coût écologique de ses équipements technologiques n’est pas de recycler ou de mieux acheter, mais de chercher à induire le moins de production possible. Certains programmes permettent par exemple aux entreprises de donner leurs anciens appareils à des personnes subissant la fracture numérique. De plus, grâce au reconditionnement, il est maintenant possible d’équiper intégralement son entreprise d’appareils de seconde main. 

Cette option présente bien sûr l’avantage de ne pas avoir à produire de nouveaux produits technologiques, mais également un réel avantage financier. Cela coûte en effet beaucoup moins cher à l’achat ! De plus en plus de banques se montrent donc enclines à financer ces projets, qui cadrent à tous les niveaux dans les objectifs de Responsabilité Sociale des Entreprises. Il est maintenant possible d’utiliser un comparateur de banque afin d’identifier celle qui sera la plus à même de vous accompagner dans ce projet. Avec la montée en puissance du sentiment écologique, et par la volonté des établissements bancaires de s’engager, de nombreuses banques mettent désormais en avant l’impact de leurs investissements. Il est possible de trouver facilement des plateformes rassemblant plus d’informations afin de pouvoir faire un choix éclairé. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.